Que cherchez-vous?

Véronique Dussault – L’illustratrice du mois de novembre

Véronique Dussault – L’illustratrice du mois de novembre

Un bon café à la main, une couverture chaude sur les épaules… Au mois de novembre on colore les illustrations tirées de l’univers songeur et introspectif de Véronique Dussault, Véro Dusso. Vous vous demandez qui est cette artiste? Vous le découvrirez dans la courte biographie qui suit ainsi que dans l’entrevue en 4 questions qu’elle nous a accordée.

Vero Dusso - illustratrice Novembre 2020 - Chaque jour compteQui est Véronique Dussault?

Il était une fois une fille qui aimait beaucoup dessiner. Encouragée par sa famille, elle voulait devenir une grande artiste. Le dessin était sa force. En vieillissant, la couleur s’est mise de la partie. Les années ont passé, la progéniture est arrivée, profitant de celle-ci pour acquérir de l’expérience de façon autodidacte. Aujourd’hui, son créneau bien fixé, elle peint à l’acrylique des personnages sur du bois, agrémentés de crayons à colorier, pastel sec et plein d’autres petits ajouts qui lui tombent sous la main. Toujours à l’affût des situations qui l’entourent, elle s’en inspire et crée de petits personnages qui pourraient faire la différence dans votre vie.

4 questions pour mieux la connaître!

Quelle oeuvre vous donne le plus grand sentiment de fierté?

Le poisson qui est un autoportrait créé pour ma première exposition en galerie. Le thème était les signes du zodiaque et j’ai choisi le poisson, le capricorne et le sagittaire.

Avez-vous un médium préféré ou des matériaux de prédilection pour vos créations?

Le bois. Le merisier russe même à nu est trippant pour le dessin au crayon de plomb. On peut le traiter de n’importe quel médium, solide, et vieilli différemment de la feuille de papier ou autre. L’acrylique, le crayon et le pastel sec sont mes meilleurs alliés.

Comment décririez-vous votre style?

Ludique raisonnable. Où avais-je la tête lorsque j’ai répondu à cette question? Ludique pour enfantin, du fait que je m’amuse à chaque fois que j’invente un personnage tout en essayant de suivre des règles de perspective et autres. Raisonnable parce que je me sens encadrée par les fines lignes que je dessine tout autour de mes sujets sans trop déborder. Un chien est un chien.

À quoi ressemble le quotidien d’une illustratrice?

Un calepin, un crayon, une efface et une estompe me suivent comme un livre suit une bibliothécaire. Toujours à l’écoute, à observer les situations qui m’entourent pour aller chercher le petit personnage qui manque sur cette planète.

Pour suivre Véronique sur les réseaux sociaux : Facebook 

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail
Aucun commentaire
Laisser un commentaire